Nobu * (Park-Lane & Berkeley) Londres Mayfair UK

Catégorie : Japonais.
Avis : Très Bien.
Prix :  Elevé.

Aller chez Nobu (une étoile au guide Michelinà Londres, c’est avoir un peu l’impression d’enfin rencontrer ces élites financières qui dirigent le monde, leurs jeunes ami(e)s, les top modèles qui les accompagnent, leurs épouses et leurs enfants ou tout cela à la fois. Nous sommes au cœur du système gastro-politico-financier international.

Nobu, c’est pour la première fois une cuisine japonaise métissée et mondialisée, à l’image de ce système. Peut-être faut-il y voir là la raison du succès incroyable de ce concept à Londres où l’on trouve en fait deux adresses qui ne désemplissent pas, localisées respectivement à Mayfair et Park-Lane.

Peut-être est-ce aussi la cause de sa relative désaffection dans une Europe encore trop conservatrice. Nobu n’a en effet pas réussi à s’y installer durablement, à l’exception notable de Milan et Moscou. Il y a bien eu quelques tentatives à Paris, dont la dernière au Royal Monceau, mais aucune implantation durable.

Est-ce à dire que Nobu ne conviendrait pas à nos palais de gastronomes continentaux? Bien au contraire. Et je pense même que ces deux adresses sont à visiter prioritairement lors d’un séjour dans la capitale britannique.

La force de cette cuisine-concept mondialisée (on trouve 22 restaurants sur ce modèle dans le monde), créée par le Chef japonais Nobu Matsuhisa, c’est d’avoir su allier la cuisine japonaise aux épices et aux traditions culinaires sud-américaines, et plus particulièrement péruviennes, enfin aux viandes (l’introduction de la viande de bœuf au Japon, dans la région de Kobé est très tardive et elle reste exceptionnelle dans les habitudes culinaires des Japonais encore aujourd’hui).

Les sashimis sont évidemment new style et proposés par exemple aux coquilles Saint-Jacques (15,50 £), aux huîtres (18 £) ou au bœuf (15 £).

Les tempuras sont présentés par paire, à l’asperge (3,75 £), à la pomme de terre (2,50 £), à l’avocat (3 £), au tofu, aux zucchinis ou aux brocolis (2,50 £ chaque).

Les deux restaurants affichent très souvent complet, y compris à déjeuner, la réservation est donc indispensable. Les salles sont plutôt sombres et extrêmement bruyantes. On préférera donc le Nobu Park-Lane, au premier étage de l’hôtel Metropolitan, nettement plus clair en journée (les grandes baies vitrées de la salle donnent sur Hyde Park). Clientèle métissée, bourgeoise et branchée.

Voiturier (Park Lane).

En résumé:

Le(s) plus: La variété, la qualité et l’originalité de cette réinterprétation des traditions culinaires nippones.
Le(s) moins: Un peu cher, très bruyant, très sombre (Nobu Berkeley), un côté m’as-tu-vu un peu insupportable à la longue.

Au total: Une adresse japonaise incontournable à Londres. 

Nobu Park-Lane
19, Old Park Lane
London W1K 1LB
+44.207.447.4747

Nobu Berkeley Street
15, Berkeley Street
London W1J 8DY
+44.207.290.9222

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


5 + deux =