Montecristo ** (Christophe Bacquié) Le Castellet 83

Catégorie :  Gastronomique.
Avis : Très Bien.
Prix : Elevé.

Le Montecristo dans le Var présente les caractéristiques classiques d’un grand restaurant gastronomique.

Un chef de 37 ans au parcours prometteur : Christophe Bacquié, meilleur ouvrier de France en 2004, décroche deux étoiles en 2007 à La Villa, à Calvi en Corse, dont il dirige les cuisines pendant douze ans. Il s’installe au restaurant gastronomique du Relais & Châteaux du Castellet fin 2010 et récupère directement ses deux macarons l’année suivante.IMG_1554

Le cadre : une vue exceptionnelle depuis la terrasse, le gazon coupé au millimètre près, le parcours de golf très joliment aménagé. Original, de petits abris nichés sous les arbres, un peu plus loin dans le parc, pour prendre un verre, les digestifs ou le café.

Une attention aux produits et à leur provenance, souvent locale, à l’image de ces tomates du pays sur un gaspacho de Green Zebra, des tranches d’aubergines grillées accompagnées de cèpes en gros quartiers poêlés. La pêche locale fournit les principaux poissons, et la plupart des plats de la carte: un carpaccio de poisson (selon l’arrivage) taillé au couteau, des langoustines de « casier » en trois services (crues, en raviole, à la plancha), un merlu en filet, un pagre en pavé, un lieu jaune en filet, une aiguillette de saint-pierre à la plancha.IMG_1548

Une touche de world food, mais pas trop, avec ici une crème acidulée au combava, là un râpé de papaye verte, ou encore une pointe de sumac. Les « saint-pierre et chair de tourteau » sont roulés façon sashimi, la fleur de courgette est présentée en tempura.

Des desserts inventifs et originaux, proposés par le chef pâtissier Serge Abalain, qui nous sortent avec bonheur des sentiers battus, à l’image de cet abricot « de Riboux », farci puis rôti, présenté sur un espuma à l’amande provençale ou de ce palet « pur Vénézuéla 72% » et Jivara lacté accompagné d’un sorbet cacao au poivre de Sarawak.IMG_1545

Le dressage des assiettes : pas complètement classique, pas vraiment contemporaine non plus, tout en reprenant les grands trends du moment.

La cuisine proposée par Christophe Bacquié est à l’image de l’hôtel du Castellet : soignée et raffinée, rassurante aussi. Lisse et sans histoire pourraient ajouter les mauvaises langues. L’expérience pourra donc sembler un peu convenue. Il n’en reste pas moins que l’on passe un excellent moment à la table du Montecristo.IMG_1555

Le service : de très bonne tenue, quoiqu’un peu junior et parfois peu à l’aise avec des descriptifs de plats mal compris, particulièrement lorsqu’ils sont longs.

Les prix sont évidemment à la mesure du standing de l’établissement et il vous faudra compter environ 200€ à la carte en moyenne par convive avec les boissons.

La réservation est absolument indispensable en saison estivale. Voiturier.IMG_1473

En Résumé:

Le(s) plus: La terrasse qui offre une vue exceptionnelle sur le golf et la pinède environnante. D’une manière générale, le cadre magnifique de l’arrière-pays varois. De belles assiettes, à base de produits du pays.
Le(s) moins: Un service, souvent trop jeune et qui manque d’assurance. Un établissement loin de tout et difficile à trouver, même avec un GPS performant. Les prix très élevés. Une gastronomie qui manque parfois de fantaisie et d’originalité.

Conclusion : La table du Montecristo constitue une valeur sûre dans la région.IMG_1546

Le Monte-Cristo
Hôtel du Castellet
3 001, Route du Haut des Camps
83 330 Le Castellet
De juin à septembre inclus : fermé lundi et mardi, et ouvert au déjeuner seulement le dimanche.
Fermé de février à mai inclus, et octobre et novembre.
Tél. : 04 94 98 29 69 ou 04 94 98 37 77
www.hotelducastellet.net
welcome@hotelducastellet.net

Voir aussi le blog de l’hôtel :

http://blog.hotelducastellet.net/

Une réflexion au sujet de « Montecristo ** (Christophe Bacquié) Le Castellet 83 »

  1. J’avais eu l’occasion de passer un week-end au Castellet peu après l’installation de Monsieur BACQUIE et de dîner au Monte-Cristo. Ce fut pour moi un des grands moments dans ma (courte) expérience de gastronome. Je pense y retourner prochainement afin de constater le changement, Monsieur BACQUIE a dû mûrir et acquérir une certaine assurance en ces lieux hors du temps, même si son professionnalisme était, déjà au départ, des plus prestigieux. Cordialement Magali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ 5 = sept