L’Ami Louis / Paris 3

IMG_1566_FotorCatégorie : Bistrot.
Avis : Bien.
Prix : Très Elevé.
Statut : Déjeuner Anonyme.

Je regarde l’addition, et je me dis : « c’est pas possible… il doit y avoir une erreur… ». Je recompte. Non tout est bon… On ne paye pourtant pas le cadre chez L’Ami Louis, refait mais comme figé dans un Paris d’immédiat après-guerre, ça c’est certain…

À L’Ami Louis, on paye sans doute un moment d’histoire : c’est ici que Jacques Chirac, client régulier pendant son passage à la mairie de Paris, a invité Bill Clinton lors d’une visite officielle en 1999. Alors empêtré outre-atlantique dans l’affaire Lewinski, il aurait été applaudi par les clients du restaurant à son entrée, comme en soutien face à un scandale qui n’en aurait pas été un dans notre pays. Avec d’autres histoires aussi, souvent hollywoodiennes. Francis Ford Coppola, Robert Kennedy, Waren Beatty, Roman Polanski, Tom Cruise, Robert de Niro, Woody Allen, Robin Wright : le name-dropping, prestigieux, est marqué par un net tropisme atlantique.IMG_1557_Fotor

Aujourd’hui ? Quelques diplomatiques, souvent d’origine africaine, semblent avoir leurs habitudes. Les chauffeurs attendent à quelques rues dans leurs grosse cylindrées. Impossibles de les rater. On parle de Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal, Carole Bouquet. Aussi, de grands joueurs de football comme David Beckham.IMG_1561_Fotor

Ce dernier commandera la côte de boeuf grillée pour deux personnes. Aux autres, les produits soigneusement sélectionnés et la cuisine de bistrot traditionnelle, entre escargots de Bourgogne, foie gras landais, cuisses de grenouilles persillées, rognons de veau grillés, caille d’élevage aux raisins ou poulet rôti frites.

Selon les propres termes de Louis Gadby, rapportés en 2010 par un hebdomadaire français :  » Les gens viennent chez nous pour casser la croûte. Il n’est pas question de régime ici. Ils finissent leur assiette, qu’il s’agisse de Claudia Schiffer ou Naomi Campbell « 

Ce qu’on paye, chez L’Ami Louis, c’est tout cela, une façon de s’encanailler dans un entre-soi chic… Mais tout de même, qu’est-ce que c’est cher !

Entrées : 37-58 €. Plats : 43-78 €. Desserts : 18-22 €. Réservation indispensable.

En résumé :

On aime bien : La profondeur historique. Les frites. L’ambiance.
On aime moins : Le rapport qualité-prix. L’apport calorique général du repas.
Le conseil : Demander la table du fond de salle à gauche, supposément la plus en vue. Dans tous les cas, refuser la table qui se trouve au centre de la salle.

L’Ami Louis
32, rue du Vertbois
75 003 Paris
Ouvert du mardi au samedi, déjeuner et dîner (second service à 22 heures 30)
Fermeture annuelle du 14 juillet au 25 août
Téléphone : + 33 1 48 87 77 48
M° Temple ou Arts et Métiers

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


8 + = onze