La Bauhinia (Hôtel Shangri La) Paris 16

IMG_1951_FotorCatégorie : World / Gastronomique.
Avis : Très Bien.
Prix : Assez Elevé.
Statut : Dîner Anonyme. 

La Bauhinia, du nom de l’arbre dont la fleur orne le drapeau de Hong Kong, est la brasserie du Shangri-La. Pas étonnant donc d’y trouver en bonne place cette gastronomie luxueuse et gourmande habituelle aux grands palaces que sont l’oeuf au plat à la truffe, des endives de pleine terre braisées à la crème de truffe blanche, du filet de chapon fermier farçi de châtaignes ou un tournedos Rossini.IMG_1207_Fotor
Oui mais voilà, parce que nous sommes au Shangri La, l’exotisme est de mise. Cap sur la Thaïlande, la Malaisie et la Birmanie. C’est là que se trouve la vraie surprise, et l’intérêt, de ce lieu.IMG_0840_Fotor
Parmi les entrées, signalons donc une salade Yam som’o, de pamplemousse, crevettes, accompagnée d’une sauce épicée à base de coriandre et lime, une Thaï beef salade, plus classique à base d’émincé de bœuf mariné au citron vert et piment, accompagnée de légumes croquants et de coriandre fraîche. L’indicateur de niveau d’épice sur la carte est respectivement à trois pour la première assiette et deux pour la seconde. La serveuse indique qu’il s’agit d’un dosage « européen », donc plus light, mais attention, la Thaï beef salade est tout de même très, très, très épicée.IMG_0839_Fotor
 
Outre des nouilles sautées et un pad thaï aux crevettes, nous porterons notre attention sur un Karim Ayam, une fricassée de poulet au curry, accompagnée de riz biryani, aux raisins et amandes, parfumé à la cardemome et à la badiane,un Otak Otak, en fait une papillote de cabillaud, tamarin, curcuma, feuille de kaffir, lait de coco, citron vert et basilic, ou un Ikan Masak Lemak Putih, un pavé de maigre poché au lait de coco et parfumé  la citronnelle accompagné de carottes et choux vert.IMG_0846_Fotor
Les desserts bénéficient évidemment des équipes de ce palace, et plus particulièrement de la présence d’un pâtissier. Au programme, un millefeuille, une tarte « pomme-marron, réalisée avec un sablé breton à la farine de châtaigne, ou une « orange dans tous ses états », composée de suprêmes d’orange, de mousse à l’orange et d’un crumble aux zestes d’orange.
Le cadre, la rotonde de cet ancien hôtel particulier de Roland Bonaparte, construit entre 1892 et 1899, s’avère extrêmement réussi, en forme d’invitation au voyage : le décor, asiatique par de petites touches, est soigné, la couleur vert céladon dominante, la lumière zénithale au travers de la coupole de verre.IMG_0837_Fotor
La population est très diverse en journée, entre clients de l’hôtel, repas d’affaire et déjeuner rapide entre amis. L’ambiance change radicalement en soirée, calme, feutrée et cosy.
Service jeune mais impeccable.
Entrées : 25-38 €. Nouilles : 29-35 €. Plats : 34-52 €. Desserts : 14-18 €. Menu « Dégustation » à 88 €.
Réservation indispensable, au déjeuner comme au dîner.
Voiturier
En résumé :
Les plus : La carte, qui sait sortir habilement des sentiers bien balisés de la gastronomie d’un palace. 
Les moins : La difficulté d’appréhension du niveau d’épice des assiettes.
Le conseil : Privilégier les propositions asiatiques. Ne pas faire l’impasse sur les desserts.
Conclusion : On y va absolument, et sans hésiter.IMG_0838_Fotor
La Bauhinia
Hôtel Shangri-La
10, avenue d’Iena
75 016 PARIS
Ouvert 7 jours sur 7, service continu
Brunch le dimanche.
Tél.: 01 53 67 19 91

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


8 + = dix