Joël Robuchon ** (Christophe Cussac) Hôtel Métropole Monte-Carlo

Catégorie :  Gastronomique.
Avis : Très Bien.
Prix : Elevé.

On retrouve avec le restaurant Joël Robuchon à Monte-Carlo peu ou prou les mêmes repères que dans les autres établissements du grand chef d’origine poitevine, qu’ils soient parisiens ou londoniens.

IMG_1706Comme dans les deux Ateliers parisiens, les trois menus (49, 69 et 79 €) affichent un très bon rapport qualité – prix avec un foie gras de canard « au naturel en terrine », un saumon fumé norvégien « accompagné de son pain de campagne ». Parmi les poissons, une raie « acidulée d’aromates, méli-mélo de légumes », et parmi les soupes, une tomate « en gaspacho aux croûtons dorés ». On aura aussi l’opportunité de goûter un porc ibérique « plume à l’échalote et son jus aux graines de moutarde ». Mais, comme dans les établissements parisiens de la marque, on ne retrouvera très probablement pas dans ces menus le style si spécifique du chef.IMG_1709

Passons donc à la carte : finement réalisées, ciselées et précises dans le dressage, les fameuses entrées en « petites portions de dégustations » (14 à 53 €) constituent un des moments fort du repas. L’occasion de retrouver une très belle daurade en carpaccio au citron et piment d’Espelette, un jambon « ibérico de bellota » et son pain toasté à la tomate, une langoustine en raviolis truffés à l’étuvée de chou vert ou une aubergine en caviar avec de jeunes légumes croquants, parmi beaucoup d’autres propositions, souvent communes aux autres Ateliers. On peut choisir plusieurs assiettes et les partager, nous indique t-on, mais une seule par convive s’avère largement suffisante.

On reconnaît aussi des plats qui gardent la même inspiration méditerranéenne qu’à Paris, et se révèlent sans doute plus classiques que les entrées qui les ont précédées, comme ce saint-pierre en « bohémienne méridionale » pas vraiment bouleversant ou cet agneau de lait en côtelette à la fleur de thym. La taille de la côte de veau peut interroger, tout comme une petite salade légèrement dissonante en bordure d’assiette. On passe d’entrées élégantes et kawaï à des portions de bon bougnat.

Sur demande, on retrouve la purée si spécifique de ce restaurant, faite sans doute pour moitié de crème et de beurre.

Après tout ça, on peut légitimement se demander pourquoi aller à Monte-Carlo pour goûter la cuisine de Joël Robuchon ?

Pour la ville elle-même, si délicieusement kitsch, et pour l’hôtel, encore plus kitsch, dont le décor a été réalisé par Jacques Garcia : l’ambiance du Robuchon, qui s’inscrit dans ce prolongement, marque une vraie rupture avec les autres restaurants de la marque.

Parce que ce restaurant fait partie du club restreint des établissements « deux étoiles » du Sud Est, rang qu’il maintient tout à fait honorablement.

Pour les desserts (19 €), à la mode des grands hôtels monégasques voisins : du classique, rien que du classique, mais d’une redoutable efficacité, à choisir à volonté sur un chariot, comme par exemple une magnifique religieuse au café et sa corolle en chocolat, des îles flottantes, des tartes à foison…

Enfin, on peut venir chez Robuchon à Monte-Carlo tout simplement parce qu’après tout, c’est bien de se sentir chez soi quand on est loin de chez soi.

On notera que l’imposant chariot à pain présenté en début de repas sera éventuellement l’occasion de goûter des variétés au safran ou au pistou, réalisées sur place.

La réservation est conseillée mais pas absolument nécessaire.

Le dress-code s’affiche casual chic. La veste est recommandée pour les messieurs.

En Résumé :

Le(s) plus : Le style inimitable des entrées en portion dégustation.
Le(s) moins : Des menus certes à petits prix, mais sans grand intérêt gastronomique. Des plats parfois curieusement roboratifs.

Conclusion : Un restaurant deux étoiles qui tient ses promesses généralement avec élégance.

Joël Robuchon Monte-Carlo
Hôtel Métropole
4, avenue de la Madone – B.P. 19
M.C. 98 007 Monaco Cedex
Ouvert tous les jours au déjeuner et au dîner.
Tél. : + 377 93 15 15 10
Fax : + 377 93 25 24 44
www.metropole.com
restaurant@metropole.com

Il fut un temps où l’on pouvait commander la purée de Joël Robuchon au MetCafé. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il n’en reste pas moins que la carte de cette charmante cafétéria du second sous-sol de la galerie marchande du Métropole est toujours conçue par Joël Robuchon et Christophe Cussac. On retrouvera ici les mêmes pâtisseries qu’au restaurant gastronomique. Excellent rapport qualité-prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


six + = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>