Coya (Arjun Waney/Sanjaj Dwivedi) Picadilly Mayfair London

IMG_0797Catégorie :  World / Branché.
Avis : Très Bien.
Prix : Assez Elevé.

Il suffit que Arjun Waney (Zuma, La Petite Maison, Roka et The Arts Club) ouvre une nouvelle adresse à Londres pour qu’elle devienne un succès instantanéPrenez Coya, son nouveau restaurant : depuis son ouverture, fin 2012, et malgré une centaine de couverts sur deux niveaux, l’adresse ne désemplit pas.

Zagat a placé Coya parmi les ten hottest restaurants in the world en janvier. « It proves to be a culinary revelation » pour le Telegraph. « A location that feels young, buzzing and stylish » pour Vogue UK.

IMG_0795Particulièrement bien réussie, l’ambiance latino-américaine, branchée, très night-club des années 50 à la Havane, n’est pas pour rien dans cette réussite, mais c’est surtout du côté de la gastronomie péruvienne proposée qu’on trouvera les vraies raisons de ce succès.

Cette gastronomie, tous les défricheurs de tendances culinaires l’affirment, constituera le big thing de ces prochaines années en Europe et dans le reste du monde. La ville de Londres, déjà marquée en 2012 par les ouvertures de Ceviche dans le quartier de Soho, et Sushisamba à la City, confirme cette tendance avec Coya, de même que l’intérêt du public pour cette tradition culinaire riche et réputée dans toute l’Amérique du Sud.IMG_0787

Cette nouvelle adresse propose une cuisine plutôt très épicée qui reprend fidèlement les fondamentaux de la gastronomie péruvienne, parmi lesquels on peut citer les ceviches (dés de poisson cru mariné dans du jus de citron), les tiraditos (fines tranches de poisson cru), les anticuchos (petites brochettes de viandes et de poissons grillées) et les parrilladas (une cuisson à la plancha) de poissons et de viandes. La carte est divisée par spécialité, les commandes arrivent de chacune des trois cuisines (le ceviche bar, le open charcoal grill et la central cuisine) lorsqu’elles sont prêtes. Les portions sont petites, le but étant de commander un peu de tout et de partager à table. Du beau travail, bien pensé, efficace, très innovant dans la forme, avec des assiettes stylisées et allégées.IMG_0782

Un mot sur le chef, Sanjaj Dwivedi, passé par les cuisines du restaurant étoilé Zaika, ainsi que chez Ivy et Le Caprice. Il est d’origine indienne, et a séjourné quelques petites semaines au Pérou pour se familiariser avec la gastronomie de ce pays et préparer l’ouverture de Coya.IMG_0781

Assurez-vous de pouvoir être placé au rez-de-chaussée, près du bar. Il y a beaucoup moins de tables, et donc moins de monde et moins de bruit, plus de lumière aussi qu’au sous-sol où l’on trouve en outre les trois cuisines ouvertes.

Pas de dress-code, mais l’ambiance est très chic, voire glamour en soirée, comme souvent dans le quartier de Mayfair.

Comptez en moyenne 60 à 80 £ par convive, ce qui reste abordable pour une ville telle que Londres.

Réservation indispensable.IMG_0786

En résumé :

Le(s) plus : Une cuisine à 95% sans gluten, fidèle aux fondamentaux de la gastronomie péruvienne.
Le(s) moins : Une adresse à réserver aux amateurs d’épices. Très bruyant et sombre au sous-sol, comme presque toujours dans les restaurants de Londres.

Conclusion : Coya, c’est l’adresse exotique du moment à ne pas manquer si vous allez à LondresDépaysement garanti.Coya-Peruvian-restaurant-by-Sagrada-London-03

Coya
118 Piccadily
London W1J 7NW
Téléphone : +44 20 7042 7118
http://www.coyarestaurant.com/IMG_0769

On retrouve aussi ce trend péruvien aux Etats-Unis. Voir par exemple le restaurant Picca à Los Angeles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


quatre + = 10