The Cove Club (Isaac McHale) London UK

IMG_2249_FotorCatégorie : Gastronomique / World.
Avis : Très Bien.
Prix : Elevé.
Statut : Dîner Anonyme.

C’est Brett Graham, le chef du Ledbury, qui nous a indiqué qu’il ne fallait pas manquer ce restaurant. En même temps, si nous avions lu le Guide Omnivore 2014 d’une façon plus assidue, nous l’aurions découvert parmi les « dix de 2014 », aux côtés de David Toutain à Paris ou du Le Jardin des Plumes à Giverny dont nous parlerons prochainement.

Et l’on n’est guère étonné de cette distinction on ne peut plus hype à la lecture du menu unique proposé par Isaac McHale :

Radishes, gochuchang & black sesame / buttermilk fried chicken & pine salt / Wood pigeon sausages & ten bells ketchupIMG_2255_Fotor

Black headed gull’s egg, buckwheat, celery & parsley (sup.)IMG_2260_Fotor

Line caught Albacore Tuna, shiso, ginger & roast ox heart tomato (sup.)IMG_2264_Fotor

Jersey royal potato & seawd soup, sea trout, broad beans & mintIMG_2262_Fotor

Cornish skate, courgette, basil &indian spiced butterIMG_2261_Fotor

30 day dry aged challans duck, gingerbread & endive.IMG_2266_Fotor

Amalfi lemonade & sarawek peeper ice cream

Ewes Milk mousse, strawberries & elderflowerIMG_2267_Fotor

Nous sommes placés ici, tant dans la forme que dans le fond, à la pointe de la tendance gastronomique la plus pointue, ce qui n’est pas peu dire, avec un vrai savoir-faire qui-plus-est : produits exotiques  et/ou rares, présentations à la fois marquées par de constants rappels à la naturalité des produits (corbeille, paille…), en même temps contemporaines, voir sophistiquées, le tout dans une ambiance fun.

IMG_2268_FotorOutre un passage prolongé au Ledbury, ce jeune chef a travaillé chez Noma (René Redzepi). Il est par ailleurs avec James Lowe à l’origine du collectif culinaire The Young Turks, sorte de pop-up restaurant que l’on a pu retrouver un peu partout dans le monde au gré d’événements et de festivals les plus divers. En d’autres termes, nous avons affaire ici à un CV en or massif, propre à en faire le chouchou des foodistas, journalistes et autres gastro-reporters, de Grande-Bretagne et d’ailleurs.

Le cadre a été judicieusement choisi : l’ancienne mairie de Shoreditch, construite en 1865, victorienne en diable. Le restaurant en lui-même est très simple, « unpretentious » selon les propres termes du chef. La première salle est en fait un bar où l’on pourra déguster « sur le pouce » quelques assiettes choisies du restaurant, comme par exemple le buttermilk fried chicken. La seconde constitue le restaurant proprement dit, avec une très belle hauteur sous-plafond, une cuisine complètement intégrée, des murs blancs, enfin des tables et chaises de bistrot vintage.

IMG_2265_FotorLe Cove Club est un établissement très demandé ces temps-ci à Londres, donc y décrocher une réservation n’est pas forcément chose facile. Au pire, vous opterez pour le bar.

Le menu unique affiche 55 £. Il peut être complété d’une assiette de coppa à 7,50 £, d’une entrée complémentaire à 6 £ et d’un plat complémentaire à 10 £. Pour l’accord mets-vins, comptez 40 £.

En résumé :

Les plus : La trenditude totale du lieu et des assiettes.
Les moins : Des propositions qui reviennent trop régulièrement, et sans variation. La salle très bruyante.
Le conseil : S’en tenir à la formule courte.

Conclusion : Une des adresses du moment à Londres.

The Cove Club
Shoreditch Town Hall
380 Old Street, London, EC1V 9LT
Ouvert au déjeuner du mardi au samedi, au dîner du lundi au samedi
Téléphone : +44 (0) 20 7729 6496
www.thecloveclub.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ huit = 9