Promenade gastronomique dans la Rue Saint-Dominique / Paris 7

IMG_1003_FotorEntre la place des Invalides et le Champ de Mars, la rue Saint-Dominique, avec quelques rues avoisinantes, présente un alignement de restaurants très diversifié, allant des chefs étoilés aux brasseries branchées, en passant par des adresses plus confidentielles ou plus bistrotières, mais toujours de haute tenues. Le tout donne une photographie assez juste des tendances du moment. Petit passage en revue…

En voici une sélection, avec les liens vers les chroniques correspondantes le cas échéant :

Le Violon d’Ingres * : Christian Constant propose ici une cuisine patrimoniale à fort accent régionaliste, mais sans inspiration. Service approximatif et pas mal d’attente. IMG_0410_Fotor

Les Cocottes (spin-off de Christian Constant): ambiance bistrotière chic pour repas entre copains. Sympa, mais en perte de vitesse. Pas de réservations.IMG_1273_Fotor

Le Café Constant, c’est le bon plan pas cher pour un déjeuner sur le pouce de très bonne tenue. Devinez qui en est le propriétaire?IMG_1272_Fotor

Les Fables de la Fontaine: étoile conservée après le départ de Sébastien Gravé pour Pottoka à quelques mètres de là. Aujourd’hui, une jeune chef de 21 ans d’origine niçoise dirige les cuisines. À suivre…IMG_1005_Fotor

La Fontaine de Marssouvenez-vous, c’est là que Barak Obama est venu dîner lors de son passage à Paris, sur recommandation de l’ambassadeur américain en France qui y a ses habitudes. Christiane Boudon, la patronne des lieux, sait créer une ambiance et mélanger intelligemment les clientèles. Cuisine traditionnelle du Sud-Ouest. À noter: c’est au rez-de-chaussée qu’il faut avoir une table, c’est plus chic.IMG_1006_Fotor

Thoumieux s’affiche sans complexe sur un mode bistrotier branché. Le très médiatique Jean-François Piège s’en est allé et Sylvestre Wahid a repris les commandes, toujours associé à Thierry Costes. Assiettes souvent décevantes ces temps-ci mais l’adresse est encore en rôdage. Ouvert le dimanche. Bon rapport qualité-prix.IMG_1357_Fotor

À l’étage, on retrouve le même Sylvestre Wahid pour une cuisine sophistiquée et toujours créative. Suspens pour les deux étoiles dans l’édition 2016 du célèbre guide rouge…

Oserai-je enfin citer le Sushi-Shop  et le Café Starbucks de la rue Saint-Dominique ! Chiche….

A proximité :

C’était l’ouverture de la fin de l’année 2013 : David Toutain a créé l’évènement avec son restaurant éponyme. À ne pas manquer dans la rue Surcouf. Une étoile en 2015.1452636-david-toutain-beau-normand_FotorJuste en face, Tomy&Co par le talentueux Tommy Gousset qu’on a connu chez Pirouette aux Halles. Une adresse qui fera parler d’elle à n’en pas douter.IMG_8083_Fotor

Philippe Excoffier,  installé au 18, rue de l’Exposition, a dirigé les cuisines de l’ambassade des Etats-Unis en France. Une adresse sympathique, pas absolument passionnante non plus, mais la carte a été heureusement resserrée.IMG_1227_Fotor

Le Café de Mars, dans la rue Augereau, surfe sans grand enthousiasme sur un registre néo bistrot branché. L’adresse des bobos du quartier.IMG_1413_Fotor

Chez Pottoka, rue de l’Exposition, la cuisine de Sébastien Gravé, ancien disciple de Christian Constant, est toujours inspirée par le Sud-Ouest. Elle en garde quelques tics, mais s’est allégée aussi. Belles présentations. Une vrai découverte.

Le Café de l’Esplanade, des frères Costes, propose la carte habituelle du groupe du même nom et des assiettes très typées « Costes ». Clientèle VIP, terrasse d’exception sur l’esplanade des Invalides et décoration mise en musique par le très talentueux Jacques Garcia constituent le tiercé gagnant de cette adresse incontournable du quartier.

Le Café de l’Alma, dirigé par le mari de Christiane Boudon, la patronne de la Fontaine de Mars, affiche une ambiance, une carte et des assiettes néo-Costes. Belle terrasse, the place to be dans le quartier le week-end.

Encore Christiane Boudon avec ce Café Le Petit Clerc, de bonne tenue, sympa et complètement raccord avec la très commerçante rue Clerc.

Le restaurant coréen Samo, un classique, à proximité immédiate de la rue Clerc.

Un restaurant grec familial et gourmand: l’Apollon, rue Jean Nicot.

Un restaurant japonais de très haute tenue fréquenté presqu’exclusivement par des Japonais : Wakaba. À ne pas manquer dans la rue de l’exposition.IMG_1229_Fotor

Une réflexion au sujet de « Promenade gastronomique dans la Rue Saint-Dominique / Paris 7 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 + = dix